Les techniques de gestion des sédiments

Le Système d’Epi Maltais et Savard a été mis au point à la fin des années 90. Il présente 4 avantages :

1/ Il utilise des matériaux locaux naturels : piquets en bois, branchages pour consolider et pour servir de frein pour le courant dans la partie basse.

2/ Il résiste aux vagues car les branchage sont disposés en bas au départ et n’offrent pas une grande résistance aux vagues. Ils sont augmentés en fonction de la montée du sable jusqu’à parvenir en haut des piquets.

3/ Sa forme est extensible en fonction de l’observation des effets sur le profil de plage. On peut les rallonger en haut ou en bas, ajouter deux ou 4 ailes etc.
4/ Les piquets disparaissent une fois le sable accumulé. La hauteur de sable accumulée mesurée sur cette plage a varié entre 1 et 3 mètres en fonction de la situation et de la taille des pieux.

 

Un exemple d’Epis Maltais et Savard qui accumule le sable malgré les vagues

Le SEMS a fait l’objet de nombreuses évaluations et études entre 99 et 2002, En particulier la remarquable étude IFMER de 2002 qui a mobilisé une vingtaine de scientifiques : physiciens, cartographes, océanographes, géologues et de techniciens. Le document est disponible dans la partie documentation.

Nous avons pu observer que sur l’ile de nombreux habitants connaissent très bien le milieu naturel, les courants, les déplacements de sédiment, la manière de planter des piquets.

Nul doute que ces habitants pourront, une fois le premier épi construit, observer les effets et participer activement à la suite du chantier : choix de l’emplacement du second épi et construction et adaptation au contexte local.

Author: Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *