Erosion : Diogué site pilote ?

Le 27 mai 2022 la lutte contre l’érosion engagée en novembre 2019 prendra une nouvelle ampleur.

Grâce au soutien de l’Ambassade de France nous pouvons achever la protection de la grande plage sud de Diogué (1200 mètres). Depuis la pointe du camp militaire à l’Est jusqu’à l’épi ghanéen et les effets qu’il produit sur 200 mètres à l’Ouest.

Ce travail d’une durée de 8 mois entre mai et décembre 2022 effectué, les habitants assureront l’entretien et le suivi par eux-mêmes.

La plage de 1000 mètres sera équipée de 8 épis disposés tous les 100 à 160 mètres suivant le schéma ci-dessus. On voit en vert les 4 épis en place (n°2, 3, 6, 8) qui doivent être renforcés pour avoir 2 rangées de piquets dans les parties encore touchées par l’eau et qui sont donc prolongés par une phase 2 (en rouge) avec des ailes.

On voit aussi les 4 nouveaux épis (n° 1, 4 5, 7) à construire avec la phase 1 puis la phase 2.

Après avoir essayé plusieurs techniques (2 lignes, 1 ligne, avec ou sans ailes, bloquant le sable ou perméable). on sait que ce qui fonctionne durablement et sur une grande longueur c’est la technique : Epis perméables en forme d’avion (avec deux ailes), formés de deux rangées de piquets espacées de 40 cm. Les piquets d’une ligne sont espacés de 80 cm. Pour la construction voir la note technique n°1.

L’épi de base qui est porté en rouge sur l’image précédente mesure donc 15 mètres sur 10 mètres de large.

Il est construit en phase 1 en haut de la plage au ras de la limite de la marée haute pour une grande marée de coefficient de 80.

Il descend vers la limite de la marée basse.

Organisation du chantier

L’Ambassade de France a accepté de supporter l’achèvement des travaux pour faire de Diogué un site pilote en matière de lutte contre l’érosion par des solutions basées sur la nature et par la mobilisation des habitants.

  • L’ONG Justice et Développement (Ibrahima Diédhiou) assure la gestion du projet

  • l’Association de bénévoles du GREF (Patrick Chevalier) assure la coordination des travaux et l’évaluation des résultats.

  • Souleymane Ndiaye coordonne le travail sur le terrain (fourniture des piquets et des matériaux, encadrement des personnes).

  • Les mesures des effets (niveaux de sable, évolution du trait de côte, photos) seront assurées par l’école primaire de Diogué (Lamine Sagna et Gilbert Bassène)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.