Diogué, site pilote de la lutte contre l’érosion

Deux ans d’expérimentation, une dizaine d’épis installés dans des contextes variées font de Diogué un site pilote de la lutte contre l’érosion.

Cette vidéo de 2 mn présente le travail réalisé avec les élèves avec le soutien de SMILO, du Fonds Français pour l’Environnement Mondial et de Celebrate Islands.

De plus, les résultats de ces deux années sont présentés sur cette page :

  1. Commençons par le site du Camp militaire : à l’Est (300 m de plage).
  2. Allons ensuite vers la plage de l’ouest (500 m) en franchissant la plage centrale (400 m).
1. Le camp militaire à l'Est

Sur cette vue Google Earth du site du Camp militaire 3 traits de côte sont portés :

  • la situation en 2006 (marquée en jaune)-
  • en 2019 (trace GPS en rouge) avant les travaux
  •  en 2021 (trace GPS en bleu) deux ans après les travaux

La construction de cet épi est décrite ici

Ci-dessous, à gauche les photos de 2019, à droite les vues de 2021.

L'épi en 2019
Nov. 2019 : construction du premier épi du camp militaire
l'épi en août 2021
2021. On aperçoit au fond ce premier épi qui est maintenant au sec. Il est prolongé sur 30 mètres
Des piquets de 2m de hauteur
En nov. 2019, les piquets de 2m renforcés pour résister aux vagues
L'épi est au sec, l'herbe pousse
Après 12 mois, ces mêmes piquets étaient tous au sec. Encore 12 mois et l'herbe poussait. A cet endroit, Souley (qui a changé son chapeau contre une casquette) avait les pieds dans l'eau.
2021. A droite la dame passe à côté des piquets qui dépassaient de 1,80m en 2019.
vue 3 D campement militaire
Expérimentation d'un Modèle Numérique de Terrain (ici en vue 3 D - 60 photos 20Mpixels - traitement ODM) qui permettra de mettre en évidence les évolutions du volume de sédiment
2. La grande plage à l'ouest

Elle comporte 4 épis espacés de 80 à 200 mètres construits entre février et août 2020 :

  • l’épi des pêcheurs ghanéens, le plus à l’ouest – à gauche – février 2020)
  • l’épi du mécanicien le plus à droite – juin.

D’abord, le relevé effectué montre l’évolution :

  1. en rouge le trait de côte de début 2020
  2. en orange la trace relevée en septembre 2020, quelques mois après les travaux

Ensuite, voyons l’évolution sur le terrain en août 2020 en partant de la plage située à droite pour remonter vers l’ouest

2019 - La plage intermédiaire vue vers l'ouest
la plage centrale vue vers l'ouest
2021-La même plage sous les pieds du pilote de drone, là ou se trouvaient les femmes, 40cm de sable s'est déposé sur plus de 50 mètres jusqu'à l'arbre (flèche) grâce à l'épi mécanicien (flèche).
épi-mécanicien
2021-grâce à cet épi "mécanicien" les troncs de cocotiers sont recouverts, l'arbre est au sec, le trait de côte a avancé de 15 mètres sur une grande longueur. Malheureusement, la partie avant de l'épi n'étant pas entretenue l'érosion recommence.
2019-L'arbre mort, la case du mécanicien avec son frigo protégé par une bâche
L'arbre mort au sec
2021-La case est sauvée, le frigo qui était dans l'eau est remis en marche. Le mécanicien est rassuré ... Si l'épi est entretenu ! Plus loin, derrière la barque bleue l'épi suivant
2019-la plage qui relie l'épi mécanicien à l'épi ghanéen
Cette même plage en 2021. On voit que l'avancée du trait de côte est régulière et qu'une bande de sable sec est venue rehausser la zone de travail des femmes.
épi ghanéen
5 février 2020. Souley en haut de l'épi ghanéen à la limite de la marée haute (coef. 85)
Novembre 2021 : le même épi ; au sec. 40 cm de sable en plus (1) et 15 mètres de plage regagnés (2). L'épi a donc été prolongé pour continuer à regagner et consolider l'acquis.
épi ghanéen février 2020
L'épi des pêcheurs ghanéens lors de sa construction
épi-ghanéen-nov 2021
2021-40 à 50 cm de sable déposée sur 20 m de largeur (entre 1 et 2), la partie haute de l'épi est au sec.
Pragmatisme et coopération

Ce travail, mené à titre bénévole avec des moyens minimes (2000 euros env.) montre que la lutte contre l’érosion est possible dans le contexte de la Casamance à 3 conditions :

  • une régularité d’action qui ne peut être assurée que par les habitants,
  • la coopération de scientifiques qui valorisent le travail de terrain et acceptent d’étudier les paramètres permettant de gérer les sédiments.
  • une affectation des moyens au travail de terrain et aux mesures qui en découlent plutôt qu’aux ateliers, discussion et études préalables.

Pour en savoir plus sur la manière de réaliser un épi, regardez cette vidéo de novembre 2019

Pour participer à la généralisation de cette pratique, lisez la page passage à l’échelle

3 réflexions sur “Diogué, site pilote de la lutte contre l’érosion

  • 29 décembre 2021 à 10 h 37 min
    Permalien

    excellent projet ! je trouve cela très intéressant et courageux et je suivrai les avancés de vos travaux avec admiration.

    Répondre
  • 31 janvier 2022 à 15 h 40 min
    Permalien

    J’adore le Sénégal où j’ai vécu et où je reviens le plus souvent possible.
    J’ai une fille métisse sénégalaise et je parle wolof.
    Quel courage ils ont pour lutter pour sauver la Casamance.
    Je viens cet été.
    De tout cœur avec vous.
    Pays du teranga, de la solidarité et du partage.❤️❤️❤️❤️❤️

    Répondre
    • 11 mars 2022 à 18 h 09 min
      Permalien

      Bonjour, merci pour vos encouragements. Nous commençons à démultiplier le travail réalisé à Diogué. Si vous venez cet été vous pourrez peut-être observer davantage d’épis à Diogué et peut-être le lancement de l’ostréiculture.
      N’hésitez pas à faire connaître notre site Intenet.
      Patrick CHEVALIER
      Éducateurs sans Frontières
      Chef de projet Alimentaire Solidaire

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.